Sélectionner une page

Les Aixois que nous sommes regrettons vivement : 

• Le refus de tout dialogue par les représentants de la Mairie

• Le refus obstiné de la Ville de donner instruction à son Avocat de répondre aux demandes de documents formulées par l’Expert mandaté par  le Tribunal Administratif de Marseille,

• La conduite des travaux purement technique qui ne tient compte, ni des conséquences sociales,  ni de la préservation de notre patrimoine arboré.

C’est pourquoi nous avons décidé de publier ce « CRI D’ALARME »

Le 9 août 2016, de nombreux Aixois, à titre individuel ou représentés par plusieurs associations aixoises (APADEM, APPEA, ADIE), engagent une action devant le Tribunal Administratif de Marseille,  en vue de faire désigner un Expert horticole, dont la mission serait de veiller à ce que les travaux de « requalification » des 3 places, Verdun, Palais, Prêcheurs n’endommagent à jamais les platanes centenaires.

Cette procédure engagée par les riverains a pour visée essentielle, d’éviter l’irrémissible erreur qui a détruit l’alignement majestueux du cours Mirabeau, où la moitié des arbres sont morts à l’issue des travaux de requalification, réalisés au début des années 2000 ; Leurs racines ont été délibérément coupées et les tranchées ont été remplies de matériaux stériles, provoquant l’assèchement irréversible des ressources en eau qui permettaient aux platanes de s’épanouir. Par ailleurs, le manque de précaution sanitaire, l’insuffisance de mesures prophylactiques, considérées comme impérieuses pour tout chantier de cette envergure, et un probable défaut de désinfection des engins de chantier, auraient ainsi déclenché plusieurs foyers de chancre coloré. Cette maladie létale qui à terme, devrait entrainer la décimation de tous les platanes du cours Mirabeau.

Et parce que les Aixoises et les Aixois refusent que cela se reproduise sur les 3 places…

Le 9 septembre 2016, le Tribunal administratif de Marseille retient le bien-fondé de cette action. Statuant en faveur des requérants, un Expert est désigné. Depuis, quatre réunions ont été organisées sur le terrain, en présence des représentants de la Mairie et des requérants.

Dès l’ouverture des opérations, l’Expert du Tribunal a demandé à la Ville, la production des documents se rapportant au chantier, notamment les preuves de la désinfection des engins de chantier.

Or à ce jour, la ville n’a toujours pas produit ces pièces, ce qui est inquiétant, car cela laisse planer un doute sérieux sur la désinfection des engins de chantier.

Par ailleurs, les opérations d’expertise ont révélé un manque de précautions prises pour protéger les arbres : tranchées trop proches, absence de cautérisation des racines coupées, dont les blessures sont la porte ouverte aux maladies, insuffisance de protection physique des arbres vis à vis des engins de chantier…

Plus grave encore, tout au long de ces visites, les requérants ont dénoncé le remplacement de la terre végétale extraite des tranchées, par du tout-venant stérile et compact particulièrement défavorable   au développement  des  racines  et  des  jeunes plantations susceptibles de remplacer progressivement les arbres dépérissant.

Les aixois ne veulent pas, une fois encore, se retrouver dans la situation du cours Mirabeau, où faute d’un substrat adapté qui n’a pas été mis en place lors du chantier de requalification du cours, les jeunes plantations ne peuvent se développer, tandis que les platanes même les plus résistants succombent au fil du temps.

Pourtant, des propositions ont été faites et rappelées tout au long des visites d’expertise … En vain.

Enfin, une demande de dialogue a été proposée, à la fois au responsable de chantier et aux services des espaces verts … Là aussi, restée sans réponse.

Ainsi, les Aixois que nous sommes, entendons émettre toutes réserves à la fois, sur la survie des arbres encore en place, mais également sur la reprise et le développement des nouvelles plantations qui ne manqueront pas d’être réalisées, lors du remplacement progressif et inéluctable des platanes en place.

Car, nous ne voulons pas que les 3 places deviennent un désert minéral. NON, nous ne voulons pas qu’elles perdent ainsi tout ce charme qui a fait la réputation de la Ville d’Aix, dont le patrimoine arboré est depuis toujours, réputé dans le monde entier.

En effet, l’enjeu que nous défendons est de léguer à nos enfants une ville préservée et  belle, comme elle l’a toujours été, décorée et rafraichie par ses nombreux arbres, qui ont fait sa spécificité et sa richesse.

Pour cela, des précautions doivent être prises tout au cours des chantiers et une Charte de l’Arbre doit impérativement être mise en place sur Aix. Avec la participation des citoyens experts pour certains, et de bonne volonté que nous sommes pour d’autres, afin de créer une prise de conscience de la valeur inestimable de notre patrimoine arboré.

Mesures de protection des arbres préconisées par les Experts des requérants

– Tailler les arbres avant les travaux et au cours des 3 années suivantes, en période de repos végétatif, afin de réduire l’évapotranspiration et les besoins en eau : non fait.

– Eloigner les réseaux au maximum et à plus de 4 m des alignements des arbres, en les regroupant, en les plaçant le plus près possible des constructions et en établissant un plan de coordination des réseaux, prenant en compte la préservation des arbres : des tranchées à moins de 2 m ont été faites.

– Eviter la traversée des alignements d’arbres par les réseaux.

– Protéger les troncs contre les agressions des engins de terrassement : non fait.

– Couper franchement et non pas dilacérer les racines condamnées : non fait.

– Ne pas tasser le sol dans la partie non terrassée : non fait.

– Arroser les arbres une fois par semaine, le samedi, lors de la mise en veille du chantier, travail devant être réalisé contractuellement par une entreprise indépendante et autonome : non fait.

– Poser un remblai en sous couche du dallage avec un mélange de ballast 60/80 et de terre végétale sur une largeurde 4 à 10 m autour de l’arbre et sur une profondeur 0,5 à 1,0 m, pour garantir la reprise des arbres : non fait.

– Eviter des fondations en béton sous dallage dépassant 12 à 15 cm dans ce périmètre, autour de l’arbre : Qu’en sera-t-il ?

– Créer un puits rempli du mélange ballast 60/80 + terre végétale, sur une profondeur de 3 à 4m, à proximité de chaque arbre, afin de lui permettre de tirer ses racines vers les aquifères profonds : non prévu.

– Préférer les pavés au dalles et les poser sur sable de préférence, afin de permettre les infiltrations d’eau dans le sol :  Qu’en sera-t-il vraiment ?

apadem1

 Voici comment nos platanes sont « protégés » des travaux !

INFORMATIONS

Siège de l’APPEA : 19 cours des Arts-et-Métiers 13100 Aix-en-Provence

Tél: 04 42 27 14 14 – e-mail : contact@appea-aix.org

Le Gardien d'Aix est aussi une publication de l'APPEA - Télécharger le n° 1

Suivez l’actualité de l’APPEA sur les réseaux sociaux !

Icône FacebookIcône Twitter

Abonnez-vous à notre newsletter

Archives