Sélectionner une page

Signature de la charte de l’Arbre à Aix : un enthousiasme mesuré

par | 17 Nov 17 | OUI à une Charte de l'Arbre aixois | 1 commentaire

Enthousiasme en attente

Au prochain Conseil Municipal, programmé pour le 11 décembre, la Ville adoptera une Charte de l’Arbre.  Si la Charte s’avère techniquement cohérente, elle représentera une énorme avancée pour la commune d’Aix-en-Provence et une source d’espoir pour tous ceux qui souhaitent mettre la considération du patrimoine arboré au cœur de la planification urbaine.

En revanche, si la Charte est adoptée sans, en complément, un financement à la hauteur des besoins réels du parc arboré aixois aujourd’hui en piteuse état, nous serons amenés à nous poser de sérieuses questions sur la vraie motivation de l’adoption précipitée d’une Charte de l’arbre avant la fin de l’année.  Son adoption représentera-t-elle un réel changement de politique au sein de cette Ville qui, depuis le printemps 2016, n’hésite pas à favoriser, malgré une protestation citoyenne vive, l’abattage massif des arbres à l’occasion de chaque projet de requalification ?

Déjà la parution dans le dernier Mag de la Ville, page 8, d’un article intitulé « Les Arbres au Cœur de la Ville », nous fait craindre une instrumentalisation de la Charte de l’Arbre mal interprétée pour justifier une programme d’abattage d’arbres centenaires sans discernement, avec seul raisonnement leur ancienneté et sans considération de leur rôle important dans le ralentissement du réchauffement climatique qui se fait ressentir concrètement à Aix avec les vagues de chaleur dépassant les 42°.

Regardons les faits.

Le timing

Politiquement, l’adoption de la Charte de l’arbre le mois prochain tombe bien.  En janvier 2018, 33 platanes, dont 23 sur le cours Mirabeau seront abattus car situés dans le périmètre de trois platanes atteints du chancre coloré. Du fait de la dangerosité du champignon et de sa capacité de propagation, la loi oblige l’abattage de tous platanes dans un rayon de 35 mètres autour de l’arbre contaminé.  Cet abattage est nécessaire aujourd’hui mais cette contamination malheureuse aurait pu être évitée si les dispositions réglementaires et une Charte de l’arbre rigoureuse avait été en en application lors des travaux de requalification du cours Mirabeau en 2002.  Faute de cela, en janvier, l’avenue emblématique d’Aix-en-Provence sera encore plus dramatiquement dépourvue de la voute végétale qui a fait sa réputation.  Certes, l’adoption d’une Charte de l’arbre en amont de cette rafale d’abattage apportera un certain apaisement aux aixois sensibles à cette diminution douloureuse de leur patrimoine.  La stratégie politique nous semble transparente.

Le contenu de la Charte

Pour l’élaboration de la Charte, la Mairie et la Direction des Espaces Verts (DEV) ont sollicité l’aide et l’expertise de la société de paysagistes Sycomore de Clermont Ferrand.  En mai 2017, quatre citoyens-experts et présidents d’associations, dont celle de l’APPEA, sont invités à une première réunion autour du sujet.  La réunion est constructive.  Les membres de la société civile expriment leurs soucis et priorités par rapport au contenu de la Charte, soit entre autres :

• Une taille dite de « conversion » qui redonne aux arbres émondés un plus grand port libre, favorisant la beauté et l’ombrage ;

• Une taille programmée uniquement pendant la phase dormante de l’arbre, soit entre les mois de novembre et février ;

• La stérilisation systématique de tout outil d’élagage ou de travaux publiques susceptible d’entrer en contact avec branches, tronc ou racines (ceci afin d’empêcher la principale cause de la prolifération du chancre coloré) ;

• La préparation des fosses de plantations suivant les règles de l’art au niveau de la taille, de la profondeur, de l’irrigation et du mélange terre/pierre préconisé ;

• Une plantation d’espèces nobles et adaptés qui remplace les arbres supprimés ;

• La protection des arbres contre toute agression physique, notamment celle des voitures qui se garent sur les racines des platanes (boulevard périphérique par exemple) en écorchant également les troncs au passage, et celle des machines lors de travaux sur la voirie;

• Et surtout, la préservation des arbres anciens capables de survivre encore pendant les prochaines 20-30 ans – années annoncées par les experts environnementaux comme étant les plus critiques pour le contrôle du réchauffement climatique.

Les deux représentants de la société Sycomore se montrent bien informés, sensibles aux préoccupations exprimées et plutôt alignés avec nos priorités.  La réunion se termine en prévoyant des réunions de travail de concertation pendant l’été qui, malheureusement, n’ont jamais eu lieu.

Au mois de novembre 2017, la DEV organise une réunion d’information avec les mêmes participants et présente la Charte déjà toute ficelée et validée par Mme le Maire.

N’ayant pas pu disposer préalablement de la Charte de 150 pages pour l’étudier en profondeur, les associations conviées n’ont pu pour l’instant qu’apporter un commentaire « improvisé » lors de la présentation du document qui nous a paru, tout de même, potentiellement sérieux et prometteur.  Reste à découvrir tous les détails et nuances de son contenu et à savoir comment la Charte sera interprétée et mise en œuvre par la Municipalité – avec quelle volonté, vision et motivation.

Financement

La volonté de mettre en œuvre une Charte de l’arbre digne de la réputation d’Aix-en-Provence s’exprimera, ou pas, dès le vote du budget alloué à la DEV.  Afin de mesurer cette volonté, nous avons besoins de repères.  La ville de Paris, par exemple, consacre dans son budget, 65€/arbre/annuel. Une enquête récente menée par la ville de Lyon montre que le cumul du coût total pour l’entretien et le diagnostic par arbre des différentes collectivités donne une moyenne de 24 euros/arbre/an.  La ville d’Aix vient de recenser 38 000 arbres sur son territoire, ce qui pourrait nous laisser espérer un budget annuel d’au moins 912 000€.  Aujourd’hui notre Département des Espaces Verts se voit attribué un budget annuel qui tourne autour de 400 000€.  Il y a du chemin à faire.

Félicitations conditionnelles

Restons vigilant certes, mais ne  « crachons pas dans la soupe ».  Si la Charte de l’arbre est adoptée et financée convenablement, si, grâce à une augmentation de son budget, la DEV embauche un « Monsieur (ou Madame) Arbre » qui ferait partie intégrante de l’équipe de la DEV et dont la mission serait de défendre l’intérêt de l’arbre face aux multiples autres considérations, et si la Ville met en place une réelle politique de préservation des arbres anciens pour les années critiques à venir … alors soyons les premiers à féliciter ces initiatives constructives et visionnaires.  La Municipalité aurait alors fait preuve d’une véritable écoute démocratique et méritera toute notre reconnaissance et encouragement.

Dans l’attente de la suite, restons solidaires et connectés.

INFORMATIONS

Siège de l’APPEA : 19 cours des Arts-et-Métiers 13100 Aix-en-Provence

Tél: 04 42 27 14 14 – e-mail : contact@appea-aix.org

Le Gardien d'Aix est aussi une publication de l'APPEA - Télécharger le n° 1

Suivez l’actualité de l’APPEA sur les réseaux sociaux !

Icône FacebookIcône Twitter

Abonnez-vous à notre newsletter

Archives