Sélectionner une page

Compte rendu de la réunion de concertation avec la Ville le 30 mars 2017

par | 31 Mai 17 | NON au parking sous le parc Rambot | 0 commentaires

Compte Rendu de la réunion du 30 mars 2017

de la Commission de concertation autour du projet du parking sous le parc Rambot

Suite à la réunion publique organisée, le 21 Mars 2017, par le CIQ Pont de Béraud, et face au mécontentement d’une grande majorité d’aixois présents, Madame le Maire a souhaité que soit constituée une commission de concertation permettant d’approfondir la discussion du projet controversé de création d’un nouveau parking de 270 places sous le parc Rambot.

Huit personnes (quatre pour et quatre contre le projet) et le Président du CIQ ont été invitées par la Mairie (ou sélectionnées par le président du CIQ) à participer à une réunion collective qui s’est tenue jeudi 30 mars dans la salle des Adjoints au sein de l’Hôtel de Ville.

La réunion, bien animée, a duré trois heures, de 17h à 20h, en présence de :

Pour la Ville:

  • Madame le Maire, Maryse Joissains-Masini
  • Monsieur Alexandre Gallese, Délégué à l’Urbanisme
  • Monsieur Patrick Le Fauconnier, Directeur Urbanisme et Planification Urbaine
  • Monsieur Jacques Boudon, Conseiller municipal délégué au suivi et développement du quartier Est. Pont de Beraud
  • Monsieur Jean-Jacques Clouchoux, Directeur des Services Techniques
  • Monsieur Magnan, Directeur des Services de la ville
  • entre autres

Pour la SEMEPA:

  • Monsieur Jean-Louis Vincent, Directeur de la SEMEPA
  • Monsieur Damien Bariller, Directeur de la Communication
  • entre autres

Pour le CIQ Pont de Béraud:

Monsieur Julien Quaglia, Président du CIQ (modérateur)

Les quatre personnes « pour »  le projet, soit :

  • Monsieur Bernard Alary, CIQ du Nord Est
  • Monsieur Gilles Desplats, membre du CA CIQ Pont de Béraud
  • Monsieur Philippe Gorce, membre du CA CIQ Nord Est
  • Madame Michèle Vadon, membre du CA CIQ Pont de Béraud

Les quatre personnes « contre »  le projet, soit :

  • Madame Lilli Engle, membre du CIQ et présidente de l’Association pour la protection du patrimoine environnemental aixois (APPEA)
  • Madame Karine Lurcin, présidente de l’association Aux Actes Citoyens
  • Monsieur Thierry Renard, membre du CA du CIQ
  • Madame Josy Richez, membre du CA du CIQ

En préambule de la discussion, la Mairie a fait référence aux réclamations des commerçants. Ces derniers sont convaincus qu’un parking de proximité est essentiel à l’attractivité du quartier et indispensable pour le maintien et le développement de nos commerces — argument soutenu à plusieurs reprises au cours des discussions par les représentants de la Ville qui insistaient que le parking Rambot actuel était trop éloigné des Trois Places et que les clients ne veulent pas marcher avec leurs courses.

Malgré leur positionnement clairement en faveur du nouveau parking, les représentants de la Ville ont écouté attentivement les arguments des « contre ». A savoir :

1. L’incohérence de la création d’un nouveau parking de proximité dans le contexte du PDU qui prévoit pourtant l’éloignement de la voiture du centre-ville. (NB : Le PDU a été créé dans le cadre de la loi LOTI en 1982 qui coordonne les politiques portant sur les modes alternatifs à la voiture, la voirie et le stationnement en intégrant plusieurs enjeux transversaux dont la protection de l’environnement).

2. Le manque de preuves concrètes de la nécessité d’un nouveau parking quand le centre-ville est déjà desservi : 2560 places réparties dans 6 parkings à moins de 600 mètres du Quartier des Trois Places (Les distances entre les Trois Places et les parkings Cardeurs, Signoret, Bellegarde, Rambot, Carnot et Mignet sont présentées par la Ville dans Aix-en-Provence le Mag, édition mai-juin 2016).

3. Les inquiétudes face à l’augmentation de la pollution de l’air et de la pollution sonore dans un quartier des Arts et Métiers/Sainte-Victoire/ Nostradamus/RICM déjà saturé.

4. L’incohérence juridiquement illégale, relative aux exigences du legs de Gustave Rambot. En effet, ce dernier précise que le parc devra rester «  un jardin d’agrément public » et ne pourra en aucun cas « être vendu…ni être transformé en rentes ». Cette exigence couvre également le sous-sol, comme le stipule l’article 552 du Code civil : le propriétaire d’un terrain est également propriétaire du fonds et du tréfonds.

5. Le désir de conserver un espace de ressourcement pour les aixois y compris les 4 000 scolaires à proximité directe du parc, qui bénéficient des bienfaits de cet espace végétal.

6. Le sacrifice annoncé d’arbres précieux et irremplaçables.

Face à cette liste de préoccupations, la Ville a campé sur ses positions en affirmant la légalité de la procédure, et en garantissant que « toutes les précautions seront prises au niveau de la pollution pour l’environnement ».

Monsieur Vincent, Directeur de la SEMEPA a eu l’occasion de partager une présentation du projet, bien plus aboutie que celle présentée lors de la réunion publique du 21/03/17 du quartier Pont de Béraud.  Avec à l’appui  une diapo montrant l’emprise du parking de 3,000m² laissant la place pour les arbres sur les bords, Monsieur Vincent a rassuré les « contre »  en garantissant que les arbres en périphérie du parc côté ouest et sud, auparavant destinés à être sacrifiés, seraient préservés – y compris les Tulipiers de Virginie, le Noisetier de Byzance, les Cèdres du Liban… etc.  La distance de sureté, préconisée à 3m du tronc de l’arbre pour des travaux de longue durée, n’a pas été précisée.

Dans sa représentation détaillée, le projet reste très « virtuel ». Les dessins réalisés par le paysagiste « de renom » Patrice Marchal, montrent un parc Rambot, méconnaissable, ne conservant aucun des éléments existants repérables (même pas le grand Cèdre à l’entrée du parc), si ce n’est le rond bleu de la piscine/fontaine pour les enfants.

Monsieur Quaglia, président du CIQ a demandé, à titre d’engagement de la part de la Ville, la réalisation d’une présentation visuelle du projet qui tiendra compte des végétaux existants conservés.

Il y a eu contestation par rapport au niveau de la nappe phréatique. En effet, Monsieur Vincent présentait la profondeur de la nappe comme étant localisée à 6 à 8 mètres de la surface du sol alors que, les études de prélèvement, conduites actuellement par la société CEBTP-Ginger (mandatée par la SEMEPA), placent la nappe à 3 à 4 mètres de profondeur.

Une écoute attentive a été accordée aux vives inquiétudes exprimées par les « contre » à propos des effets néfastes de ce dévoiement des nappes et des sources souterraines sur les bâtisses et les végétaux du quartier.

A ce titre, et à la demande de Madame le Maire, la SEMEPA s’est, engagée à réaliser, dans le mois à venir, deux études en gage de garantie de faisabilité et de sureté pour les riverains:

1. Une étude hydrogéologique approfondie du sol

2. Une étude d’impact du projet sur l’environnement du parc et du quartier en général.

Les différentes discussions ont révélé également que, selon la SEMEPA, aucun projet définitif n’est arrêté concernant l’avenir du parking Rambot existant à proximité. Malgré cela, la question de la nécessité d’un nouveau parking en complément de ce dernier a été rapidement éludée par la Ville.

Avant de se quitter, Madame le Maire a rassuré l’assemblée que « si le projet se réalise », les aixois auront « toutes les garanties » concernant sa mise en œuvre.  Une prochaine réunion a ensuite été convenue lorsque seraient réalisées les deux études demandées à la SEMEPA.  Cette prochaine réunion aurait lieu en présence du paysagiste Patrice Marchal pressenti par la Mairie pour une présentation plus élaborée du projet de réaménagement en surface. La date de celle-ci reste à définir.

INFORMATIONS

Siège de l’APPEA : 19 cours des Arts-et-Métiers 13100 Aix-en-Provence

Tél: 04 42 27 14 14 – e-mail : contact@appea-aix.org

Le Gardien d'Aix est aussi une publication de l'APPEA - Télécharger le n° 1

Suivez l’actualité de l’APPEA sur les réseaux sociaux !

Icône FacebookIcône Twitter

Abonnez-vous à notre newsletter

Archives